the-vert-shincha-japon

Shincha, le premier thé vert, la toute première récolte.

En japonais, Shin signifie « nouveau » et Cha veut dire « thé ». Littéralement donc : Le nouveau thé. Le nouveau thé est issu de la 1ère récolte (1st Flush). Son goût est extrêmement frais, vivifiant et sain pour la santé. De part sa rareté, la récolte du Shincha était autrefois réservée à l’empereur ainsi qu’à la noblesse. Aujourd’hui, cette première récolte est un évènement célébré et attendu dans tout le Japon.

On pourrait comparer la fête du nouveau thé à celle du Beaujolais en France. C’est l’occasion de pouvoir goûter partout dans le pays le Shincha. Tous les producteurs de thés, les marchands, présentent leur nouvelle cuvée. Il n’est pas rares de voir à travers le Japon des festivals du Shincha dans lesquels les meilleurs récoltes sont sélectionnées et récompensées.

Le premier Shincha, l’attente de toute une année

On connait la date de la première récolte et donc de l’arrivée du Shincha longtemps à l’avance. Les récoltes démarrent fin mars sur les îles de l’extrême sud du Japon, sur Tanegashima et Yakushima. En partie du fait de leur climat, températures clémentes et plus élevées.

À partir de là, la récolte de Shincha se poursuit au nord du pays. Jusqu’à la région du thé d’Ibaraki, à 100 km au nord de Tokyo. Ici, le Shincha n’est cueilli que fin juin.

Le renouveau du vert provient des forces de la nature

Après la dernière récolte de l’année précédente, le théier prend le temps de récupérer, de grandir et de se régénérer. En raison des basses températures, il pousse très lentement et les ingrédients précieux, comme les antioxydants sont formés en forte concentration. 3 semaines avant la 1ère récolte, les plants de thé sont couvert pour favoriser la formation des nutriments. On appelle cette méthode ancestrale, l’ombrage.

La plante ainsi couverte cherche la lumière et de fait, forme plus de chlorophylle que d’habitude. Une fois les théiers pleins de sève, les premiers bourgeons et les feuilles se développent rapidement. Les amateurs peuvent ainsi profiter pleinement les arômes les plus intenses et les nutriment les plus sains.
Les cueillettes plus tardives (2ème et 3ème) offrent nettement moins de vitamines et de nutriments.

Le Shincha c’est la santé

Pour cette 1ère récolte, seules les 1ère pousses, les bourgeons, les jeunes feuilles tendres et délicates sont ramassées.
Cette 1st Flush contient une forte concentration en vitamines, en acides aminés (L-théanine), en acides gras insaturés, en acide alpha-linolénique, ainsi qu’une concentration très élevée en antioxydants : les catéchines.

Les catéchines ont de nombreuses propriétés « anti-âge ». Ils protègent des rayons UV, agissent contre le vieillissement cutané, favorisent la réduction du cholestérol et préviennent sa formation. Selon des études récentes, les catéchines réduisent la formation de plaques et d’artériosclérose et préviennent également l’artériosclérose et les maladies cardiaques.

Le thé dans la perfection. La perfection dans le thé.

Le Shincha a un goût unique. Il est à la fois, frais, amer et corsé. Il combine des saveurs séduisantes d’umami, rondes et harmonieuses. Cette récolte est considérée comme la plus noble, la plus savoureuse, la plus nutritive et enfin la plus saine des Senchas.

La préparation de l’infusion

La préparation de la première récolte Shincha est similaire à celle du Sencha, Gyokuro et Kabusecha de haute qualité.

> 3 à 4 g de matière

> 2 à 300ml d’eau douce

> température 50 à 60 degrés

> infusion 1 à 1,5 mn

Le Shincha est idéal pour les infusions multiples Beaucoup plus que tous les autres types de thés verts.
Nous conseillons à chacun d’expérimenter ce chemin du thé pour trouver la saveur idéale.
Les feuilles de thé doivent toujours rester humides entre les infusions. Et les temps d’infusion doivent être raccourcis pour éviter l’amertume. On peut arriver à des temps d’infusion de 20 secondes.

Une qualité unique mais limitée

La météo est décisive pour la qualité du Shincha. La récolte ne peut avoir lieu sous la pluie sans quoi les jeunes pousses s’abîment trop vite. En revanche, on obtient une belle qualité de Shincha s’il pleut queluqes jours avant la récolte.
Même si le Japon est l’une des plus grandes régions productrices de thé au monde, la production du thé « nouveau » est très limitée. La moitié de la récolte totale est dédiée à la consommation du Japon. Cette rareté est de plus en plus recherchée. De fait, son prix ne cesse d’augmenter.

Pour le meilleur du Shincha, il faut le consommer rapidemment

Le Shincha ne révèle ses véritables arômes d’umami et ses notes de fraîcheur nacrée que peu de semaines après la récolte. Lorsque sa teneur en humidité est deux fois plus élevée que d’habitude (5% au lieu de 3%). Mais aujourd’hui, avec les systèmes de refroidissement modernes, les chaînes de refroidissement fermées ou les emballages sous vide spéciaux, la fraîcheur et la durée de conservation de ce thé vert peuvent être prolongées au maximum de 2 ou 3 mois. Après, le Shincha devient du Sencha « normal », dénué des saveurs piquantes propres au 1st flush. Pour retrouver la sensation aromatique d’un Shincha frais et pétillant, vous devez attendre une bonne année. Il faut être patient pour les bonne choses.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *